logo_Estacades_Trois_Rivieres

Un record et une finale pour les Estacades

Louis-Simon GAUTHIER - Le Nouvelliste / 19 Mar 2018

TROIS-RIVIÈRES — En blanchissant les Vikings de Saint-Eustache 3-0, dimanche dans un Complexe sportif Alphonse-Desjardins bondé, les Estacades ont établi un nouveau record du midget AAA québécois en signant une dixième victoire de suite en séries.

Plus important, ces adolescents sans complexe et allergiques aux défaites ont mérité le premier laissez-passer pour la grande finale, qu’ils disputeront à Magog ou Châteauguay, d’ici une dizaine de jours.

Quand la sirène a sonné la fin des hostilités, tous les joueurs en blanc ont sauté dans les bras du gardien William Grimard, auteur du blanchissage en vertu de ses 21 arrêts.

Encore une fois, ç’a semblé facile pour lui et sa brigade défensive. Les Vikings représentaient pourtant une réelle menace, à l’instar des Chevaliers de Lévis en deuxième ronde. Mais il y a quelque chose de spécial qui flotte autour des Estacades en cette fin d’hiver.

Les joueurs n’ont pas peur de perdre parce qu’ils sont persuadés qu’ils vont l’emporter. Dimanche, l’égalité de 0-0 persistait après 40 minutes, quand les unités spéciales ont commencé leur travail de démolition.

Nicholas Beauvilliers a d’abord ouvert la marque, imité par l’espoir des Cataractes Zackary Daneau deux minutes plus tard, appuyé par une savante passe transversale du meilleur attaquant des Estacades, Mavrik Bourque.

Jérémy Pellerin a mis le match hors de portée des visiteurs avec un troisième but en l’espace de quelques secondes. Lors d’une séquence en désavantage numérique, il a sacrifié son corps en bloquant deux tirs sur réception. Sur le banc, ses coéquipiers ont souligné cet effort en cognant leur bâton sur la bande.

«On ne pense plus à la défaite, mais on ne pense pas plus aux victoires acquises avant», soutenait le vétéran défenseur Vincent Sévigny, à sa sortie d’un vestiaire animé, mais qui célébrait tout de même de façon modeste.

«C’est un honneur de retourner en finale, ça n’arrive pas souvent qu’un joueur ait cette chance au midget AAA. On ne veut pas manquer notre occasion cette fois-ci.»

Sévigny a confiance de pouvoir mettre de côté l’amère défaite du printemps 2017 face au Séminaire Saint-François. «Notre groupe de joueurs m’impressionne, autant les gars de 15 ans que les plus vieux. On connaît tous notre rôle, on a hâte à la suite!»

«Des leaders exceptionnels»

Dans son petit bureau situé à quelques pas de la glace, l’entraîneur-chef Frédéric Lavoie savourait l’instant avec son équipe d’adjoints.

«Il y a des leaders exceptionnels chez nos joueurs. Ils ont de bonnes têtes et ce sont de bons individus. Je ne suis pas surpris qu’ils soient capables de transmettre ça aux plus jeunes. Ce n’est pas un hasard si on se qualifie pour la finale deux ans de suite.»

C’est aussi la façon d’y parvenir qui épate. Les Estacades font parler d’eux depuis le début des éliminatoires. Tous se demandent si cette irrésistible séquence de gains connaîtra une fin.

«Peu importe le contexte, les gars ne jouent jamais sur les talons. Ça, ça m’impressionne. Nous n’avons pas donné beaucoup de chances aux Vikings encore [dimanche]. Est-ce qu’il s’agit du meilleur groupe de défenseurs que j’ai pu diriger ici? Je pense que oui, et ils sont bien épaulés par nos joueurs d’avant ainsi que nos gardiens.»

Vikings: l’énergie a manqué

Dans l’autre vestiaire, l’entraîneur des Vikings, Alexandre Gagnon, parlait de trop d’opportunités sabotées par les siens.

«Quelques-uns de nos gros joueurs n’ont pas été épargnés par les blessures. Mais au final, on a couru à notre perte. On va se rappeler des deux poteaux de vendredi, des chances de marquer en prolongation. Je ne pense pas que cette série aurait dû finir en quatre, sauf qu’on doit féliciter les Estacades. Leurs 20 joueurs ont mieux joué que les nôtres. On a manqué d’énergie.»

Plus de 1500 personnes

Le match de dimanche a attiré 787 personnes au CSAD. Les Estacades auront donc attiré plus de 1500 personnes au total lors des deux parties de la fin de semaine. Ça promet pour la finale…

Pendant ce temps à Magog, les Cantonniers, grands favoris pour tout rafler cette année, ont pris une option sur leur série contre les Grenadiers de Châteauguay. Ils mènent désormais ce duel trois victoires contre une seule.

LOUIS-SIMON GAUTHIER